J.-B. AMBLARD & X. LABAUNE

Président du réseau 2APH & Directeur du CFAS Auvergne

Go Top
J.-B. AMBLARD & X. LABAUNE

J.-B. AMBLARD & X. LABAUNE

Président du réseau 2APH (à gauche) & Directeur du CFAS Auvergne (à droite).

L’apprentissage de personnes en situation de handicap a été posé comme un enjeu pour les employeurs publics. Ils ne sont pas seuls pour mettre en place ce dispositif RH : le CFAS fait partie des acteurs incontournables en Auvergne pour les y aider.

Nous avons rencontré pour vous Jean-Baptiste Amblard, Président du réseau 2APH et Xavier Labaune, Directeur du CFAS Auvergne.

Handi-Pacte : Pourriez-vous nous présenter en quelques mots le réseau 2APH et le CFAS Auvergne ?

Jean-Baptiste Amblard : L’obligation d’emploi remonte à 1987. Malgré tout, le chômage des personnes en situation de handicap est toujours en augmentation, notamment en raison de profils de moins en moins qualifiés. Notre objectif est d’atténuer cet effet et de permettre une qualification via un apprentissage adapté.
Le réseau national 2APH [lien site internet] coordonne l’ensemble des CFAS ou CFA adaptés en France. Les dispositifs type CFAS ont été mis en place dans la plupart des régions, mais le réseau Auvergne est sans doute le plus abouti d’entre eux.

Xavier Labaune : Le CFAS Auvergne [lien site internet] a vocation à rendre l’apprentissage accessible aux personnes en situation de handicap. Des antennes du CFAS sont présentes dans chaque département d’Auvergne et 40 collaborateurs travaillent au quotidien à l’accueil, l’orientation, la formation et l’accompagnement des personnes en situation de handicap inscrits dans un parcours en apprentissage.
Historiquement, ce sont les métiers en lien avec l’entretien des espaces verts et la restauration qui sont préparés. Cependant, le CFAS prépare des apprentis aux diplômes de type CAP / BEP / Bac Professionnel sur tous les métiers, en collaboration avec les CFA partenaires.

Handi-Pacte : Quels accompagnements spécifiques le CFAS propose-t-il aux employeurs ?

Xavier Labaune : En 2014, nous avons accompagné 293 apprentis en situation de handicap dont 50 accueillis au sein de la fonction publique. Les résultats sont encourageants, nos modalités d’actions fonctionnent, mais nous avons encore des marges de progrès. Les conventions passées avec les quatre Centres de Gestion auvergnats ont permis le développement de l’apprentissage dans la fonction publique territoriale et d’informer près de 1 500 collectivités de nos actions. En revanche, nous sommes encore peu présents auprès des employeurs de la fonction publique hospitalière ou d’Etat.

Concrètement, lorsqu’un employeur souhaite accueillir un apprenti en situation de handicap, le CFAS intervient à plusieurs niveaux : repérage des opportunités dans les services, simulation du coût financier, sélection des candidats, sensibilisation des équipes…
Une fois le contrat mis en place, le CFAS entretient des contacts réguliers avec les employeurs tout au long de la période d’apprentissage : montage de dossiers d’aides, assistance administrative, accompagnement pédagogique et professionnel en lien avec le maître d’apprentissage et l’apprenti.

Jean-Baptiste Amblard : Culturellement, l’apprentissage n’est pas ancré dans la fonction publique, il y a un vrai travail de sensibilisation à mener pour convaincre les employeurs, conjointement avec l’ensemble des acteurs du territoire : Cap Emploi, Handi-Sup, la Région… et le Handi-Pacte bien sûr.

Handi-Pacte : Quel(s) message(s) souhaitez-vous porter vers les employeurs publics ?

Xavier Labaune : La Loi du 5 mars 2014 et la Conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014 ont fixé des objectifs ambitieux pour l’apprentissage d’ici 2017. Jusqu’à présent, les faibles résultats sont plus liés à une méconnaissance des dispositifs qu’à un manque de volonté.
L’apprentissage d’une personne en situation de handicap dans la fonction publique, c’est possible et des outils existent pour accompagner les employeurs qu’ils soient techniques et humains avec le Cap emploi et le CFAS, ou financiers grâce aux aides du FIPHFP.

Jean-Baptiste Amblard : Accueillir un apprenti en situation de handicap est un acte important et engageant. En favorisant les échanges et en s’appuyant sur les expériences réussies, nous souhaitons montrer que les freins peuvent être dépassés grâce aux outils existants et démontrer que non seulement l’apprentissage, c’est possible, mais c’est un plus. En impliquant l’ensemble des collaborateurs dans cette démarche, il est possible de faire de l’apprentissage des jeunes en situation de handicap une véritable chance pour chacun.

Pour tout renseignement, contacter :

CFAS Auvergne
1 avenue des cottages
63000 Clermont-­Ferrand
04.73.90.12.12
contact@cfas-auvergne.com

Février 2016.