Philippe NICOLAS

Directeur de la DIRECCTE

Go Top
Philippe NICOLAS

Philippe NICOLAS

Directeur de la DIRECCTE
Directeur de la DIRECCTE

Membre du Comité de pilotage du Handi-Pacte, nous avons rencontré le Directeur de la DIRECCTE Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Handi-Pacte : Quelle est la situation de l’emploi en général et celle des personnes en situation de handicap sur la Grande Région ?

Philippe NICOLAS : Malgré une augmentation de la demande d’emploi sur un an à fin avril (+ 1,6 %), hausse plus marquée que celle observée à l’échelle nationale (+ 1,1 %), la région enregistre depuis trois mois consécutifs une diminution de cette demande (-1,1 %). Cette tendance constitue un signe très encourageant, même si la baisse demeure encore timide et le niveau de chômage dans tous les cas trop élevé pour nos concitoyens connaissant cette situation.

Le repli est également observé pour les travailleurs handicapés, même si la statistique doit être interprétée avec prudence dans ce domaine. Néanmoins, assez classiquement, le mouvement a été plus tardif. Il est aussi plus lent et moins conséquent. En outre, la part des personnes handicapées dans la demande d’emploi totale (estimée à 9,2 %) reste élevée à l’échelle de la région, à un niveau difficilement acceptable pour nos compatriotes en situation de handicap.

Ce niveau nous oblige, acteurs publics et économiques, à accentuer plus encore nos efforts, à la fois par une action volontaire sur le marché du travail, mais également par l’amélioration des conditions favorisant le développement de l’activité. C’est cette double action que je conduis résolument au quotidien avec l’ensemble de mes équipes et des partenaires, notamment par un déploiement optimal des différentes mesures gouvernementales. Le plan d’urgence pour l’emploi en constitue un exemple.

 

 

Handi-Pacte : Comment la fonction publique répond-elle à l’obligation d’emploi des personnes en situation de handicap ?

Philippe NICOLAS : Avec un taux d’emploi se situant à 5,5 % en région, la fonction publique répond plutôt bien à son obligation d’emploi, et mieux que le secteur privé. Auvergne-Rhône-Alpes nouvellement créée, enregistre en outre un taux supérieur de 0,3 point à celui observé au plan national.

Ces résultats sont à souligner, et témoignent des progrès considérables accomplis grâce à l’action conjuguée de l’Etat, du Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP) et, surtout, de l’ensemble des employeurs publics, notamment dans la grande région.

Néanmoins, nombre d’indicateurs nous invitent à renforcer avec détermination nos efforts : tout d’abord, la région, dans son ensemble, ne satisfait toujours pas à l’obligation légale qui est la sienne. Si certains départements sont fortement contributeurs (Loire, Haute-Loire, Rhône), des disparités importantes demeurent entre territoires, nécessitant une action mieux ciblée.

Ensuite, la situation de l’emploi de nos compatriotes handicapés, avec un taux de chômage près de deux fois supérieur à celui de la population active dans son ensemble, demeure plus préoccupante encore que celle des personnes valides. Or, la fonction publique doit être exemplaire sur sa capacité inclusive.

Enfin, l’Etat plus particulièrement, nonobstant les difficultés inhérentes à certains de ses métiers, doit progresser de manière significative, et traduire dans les faits la volonté qui est la sienne dans ce domaine. Précisément, pour l’administration que je dirige, j’ai engagé depuis plusieurs années une politique ambitieuse en exploitant pleinement les possibilités juridiques ouvertes. J’ai par exemple recours de manière plus fréquente au recrutement direct de personnes handicapées, y compris pour l’exercice de fonctions dites « régaliennes » ou de cadres.

 

Handi-Pacte : Vous participez au comité de pilotage du Handi-Pacte et vous êtes l’animateur de l’engagement régional sur le handicap. Quel lien faites-vous entre les deux dispositifs ?

Philippe NICOLAS : En réalité, Il ne s’agit pas de deux dispositifs mais plutôt d’une même volonté mise en mouvement par des instruments variés et complémentaires. L’engagement régional, incarnation de l’ambition partagée des acteurs en région pour l’emploi des personnes handicapées, lieu de coordination de leurs interventions, mais aussi et surtout, espace de décisions partagées pour la conduite d’actions spécifiques concertées, nourrit très naturellement sa réflexion des différentes initiatives prises dans ce domaine – et réciproquement. Ainsi, les démarches engagées – et surtout les résultats obtenus –  dans le cadre du Handi-Pacte constituent un terreau très riche pouvant utilement alimenter celles conduites dans le cadre de l’engagement régional. Je pense en particulier aux avancées considérables en matière de techniques d’observation, de méthodes d’accompagnement des employeurs, ou encore de connaissance pour mieux intégrer certains handicaps, comme le handicap psychique. Toutes procèdent de volontés exprimées et concrétisées dans le cadre du Handi-Pacte. Leurs acquis ont naturellement vocation à servir les travaux menés dans le cadre de l’engagement régional, et ce dernier à les prolonger.

 

Handi-Pacte : Quel message souhaitez-vous adresser aux employeurs publics à travers le Handi-Pacte ?

Philippe NICOLAS : Au-delà de ce que la société doit aux personnes en situation de handicap, et donc nous, employeurs, à leur intégration professionnelle, l’expérience atteste le plus souvent de ce que leur inclusion dans le monde professionnel réinterroge positivement les organisations sur leurs pratiques en matière de gestion des ressources humaines. Cette évolution des pratiques, liée d’ailleurs plus largement à la promotion de la diversité, est souvent gage, au final, d’une meilleure performance ou d’un meilleur service pour ces organisations.

Je souhaite également réaffirmer auprès des employeurs publics la détermination et l’engagement qui sont ceux de l’Etat pour promouvoir une politique du travail et de l’emploi pleinement inclusive. Cette détermination trouve précisément une traduction concrète dans l’action que mène au quotidien le Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique et dans celle conduite au titre du Handi-Pacte. Ce dernier constitue, à cet égard, un apport majeur ainsi qu’un appui de qualité et de proximité pour chacun d’entre nous, employeur public.